mardi 9 février 2010

Typologies web et la juste répartition des budgets de conception

Si vous êtes maitre d’œuvre, votre première attribution consiste à répartir intelligemment les budgets alloués à la production d’un projet. Plus les budgets sont répartis de manière judicieuse et adaptée, plus les équipes de production disposent de vecteurs de réussite (nombre de ressources, temps, matériels, etc) pour répondre aux besoins du client et ses utilisateurs. La qualité générale d’un projet en production en dépend totalement. Un budget bien répartit, même petit, c’est assurance d’un projet réussit

J’enfonce des portes ouvertes ?

Oui, c’est vrai. Pourtant la plupart des échecs de conception que j’observe autour de moi sont imputables à des erreurs de gestion et de répartition des budgets.

Les professionnels en cause ont beau le savoir, ces erreurs de gestion surviennent quand même, et aussi pour des raisons contextuelles beaucoup moins maitrisables. Les gros projets sont rarement gérés/gérables par une seule personne, et les interactions entre les ressources ne sont pas toujours optimisées. J’ai participé à des projets où je n’aurai pour rien au monde souhaité prendre la place du chef de projet. Je ne jette la pierre à personne, ça n’est pas le propos.

Un budget mal répartit en conception, et c’est toute la qualité générale du projet qui vacille.

Nature et répartition

La répartition des budgets est aussi réalisée en fonction de la nature des projets.

Un site destiné aux aveugles traitant d’un sujet lié au handicap visuel devra choyer ce segment d’utilisateurs. Une grande part du budget doit être réservée au respect des standards et au respect des normes d’accessibilité lors des phases d’intégration. Concrètement, ça passe par le recrutement de ressources spécialisées dans ce domaine, et la prévision d’un temps de conception réaliste pour obtenir les résultats escomptés.

Si vous lancez une opération de communication en ligne pour promotionner un produit destiné aux 15/25 ans, votre objectif premier sera de répondre aux attentes de ce public. Votre site présente votre produit dans un univers qui créé une connivence entre votre marque et votre population cible. Votre campagne doit avoir du sens pour qui elle s’adresse. Réservez une grande partie de votre budget au marketing, à la scénarisation de votre site et à son design.

Vous réalisez une application métier, ou un intranet ? Il vous faudra investir beaucoup de temps de réflexion avec les clients pour comprendre et récolter toutes les informations métier, réunir tout les contenus qui seront centraliser sur le site, définir les technologies les plus appropriées. Ici la gestion de projet est un poste important. Il y a beaucoup de services à gérer. Il y a aussi en général un gros travail d’ergonomie sur ce genre d’application. C’est deux postes sont en général à privilégier dans la répartition du budget.

Je pourrais décliner ces exemples à l’infini. Chaque projet est différent, et demande une répartition dédiée des budgets en fonction du contexte mission. Mais au-delà de ces considérations particulières propres à chaque projet, on peut tout de même tirer des enseignements du passé et se faire une idée des besoins d’un projet en cours de conception en observant les modèles de conception des missions précédentes.

Je suis aussi de ceux qui apprennent beaucoup en observant les modes de fonctionnement des missions passées. C’est une position que beaucoup d’agences n’ont malheureusement pas le temps d’adopter.

Formaliser la répartition de ses budgets

Allez, je vais me mouiller un peu : Toujours dans l’idée de capitaliser l’expérience passée, voici comment je formaliserai la répartition des budgets pour les types de projets suivants :

Les sites de communication

Sites de communication

Je pense ici aux sites conçus pour accompagner le lancement d’une campagne, d’un produit, ou pour communiquer sur un événement. En général ici, l’objet du site est soigneusement défini et le budget design est souvent privilégié.

Dans ce genre de site, si une bonne part de votre budget profite à la conception ergo ou à l’intégration, vous êtes probablement en train de passer à coté du sujet.

Les applications métier

Applications métier

Pour les applications métier, les intranets ou autres interfaces modulaires, la vraie plus-value se trouve en général dans la gestion de projet. Ce sont des applications dont la conception requière l’implication de beaucoup d’acteurs. Si la gestion de projet n’est pas assurée vous allez dans le mur. Le développement et l’ergonomie aussi sont des points cruciaux sur ce type de projet : ce sont des applications complexes, modulaires/modulables avec souvent différents profils d’utilisateurs connectés, possédant différents droits sur l’interface. Les contenus peuvent aussi venir de nombreux systèmes connexes. Sauf cas particulier, vous n’aurez pas besoin ici de placer une grande partie de votre budget dans la créa graphique. Le design ici sert l’accès au contenu.

Les sites E-commerce

Sites E-commerce

La conception de boutiques en ligne demande en général de répartir assez équitablement le budget entre les différents postes de conception. Mon graphique ne tient pas compte des budgets nécessaires pour produire le contenu (les photos d’un catalogue par exemple). Ici minoré, c’est un poste qui peut demander beaucoup d’investissement si vous devez photographier et détourer 2000 produits avant la mise en ligne de votre catalogue.

Les portails d’information/sites magazines

Je me base ici sur les 2 derniers projets de presse en ligne sur lesquels j’ai travaillé. Ils étaient je mense assez représentatifs du secteur : Une ergonomie bien pensée, un design claire et lisible, et surtout un gros travail sur le contenu éditorial avant le lancement du site. Ça n’étonnera personne. Ces projets ne privilégient en général pas le développement puisque les fonctionnalités présentent sur ce type de site sont souvent déjà incluent dans les systèmes de gestion de contenus. Idem pour l’intégration, puisse qu’il convient ici de rationaliser les gabarits au maximum pour en limiter le nombre.

Exemple de projet planté

Projet planté

Ha sinon, pour terminer cet article en beauté, je vous présente la répartition budgétaire d’un projet sur lequel je suis intervenu une journée et demi l’an dernier. Un portail d’information dont la conception avait été confié à une SSII. Leur chef de projet a dû s’agiter pendant 3 ou 4 mois et s’accaparer à lui tout seul la majeure partie du budget. Pour le reste : zéro Euros dans l’ergonomie et 1400 € pour le design. Pas mal pour un budget de plus de 40.000 €.

Si un jour vous prenez cette voie, attendez-vous à ce que votre projet soit mis à la poubelle peu de temps après sa mise en ligne ou même avant. C’est en l’occurrence ce qui s’est passé pour le projet dont je parle.

Et vous alors ? Prendriez-vous le temps de formaliser les répartitions budgétaires de vos précédents projets ? Ne pensez-vous pas en tirer quelques enseignements ?